Benoit Guérin

Filet & plongée - Hyères

Oh, un halieute !

Benoît a 40 ans mais déjà plusieurs vies au compteur. Lyonnais d’origine, il se passionne enfant pour la pêche à la truite sur les plateaux de l’Ain et pour la Méditerranée qu’il découvre lors de ses vacances en famille.
Bon élève, il devient naturellement ingénieur halieute - l’unique Bac+5 de la pêche – à l’école d’agronomie de Rennes. Ce cursus a d’ailleurs été suivi par une part non négligeable des salariés Poiscaille. Comme par hasard…
Après plusieurs années au WWF, l’association écolo au panda, comme chargé de programme pêche durable, Benoît décide de diriger une instance décentralisée de gestion des pêches européennes où il s’évertue à mettre d’accord pêcheurs espagnols, français et portugais. Puis, en 2013, l’envie du large se fait trop forte et il décide de passer un diplôme de capitaine pour aller se confronter au métier de marin pêcheur.
A la pêche depuis 2014, Benoît a décidé de poser son navire « Alice et Alessio » (les prénoms de ses deux enfants) au port Pothuau aux Salins d’Hyères. Il y a pire comme bureau avec la baie de Hyères, la presqu’île de Giens et les fabuleuses îles de Porquerolles et Port-Cros.

Pêche aux petits métiers

A bord de son bateau de moins de 7 mètres, Benoît travaille seul et varie les techniques tout au long de l’année. En Méditerranée, on parle de la pêche aux petits métiers. L’été, il pêche le calamar rouge à la ligne dans les grandes profondeurs et il cherche la langouste avec ses filets au large des îles, produit très apprécié par les gourmets. A partir de septembre, Benoît va poser d’autres filets « à la côte » pour traquer la daurade royale, « la belle aux sourcils dorés ». L’hiver, il alterne la plongée en apnée pour ramasser les oursins et les filets à muges (mulets) et à saupes.

Modèle de gestion historique

De par son parcours, Benoît est très impliqué dans la gestion de la pêche dans le Var, élu vice-président du comité départemental des pêches, il agit pour la mise en place de règles qui permettent un équilibre entre activité pêche et état de la ressource. En Méditerranée et encore plus en région PACA où le plateau continental est très étroit, les pêcheurs ont depuis longtemps compris qu’il fallait gérer collectivement. Les prud’homies, ancêtre des comités des pêches regroupant tous les pêcheurs d’un secteur de la côte, se sont mises en place afin d’établir des règles strictes maintenant cet équilibre : tirage au sort des lieux de pêche, fermeture temporaire de telle ou telle espèce, longueur et maille des filets…
Ce bon sens empirique est toujours pour Benoît et pour Poiscaille une inspiration pour l’avenir de la gestion des pêches.

Espèces : Saupes, Muges, Daurades royales, oursins, langoustes, rougets