Gaël Moreau

On rencontre Gaël Moreau en 2021 grâce à Florence Bernard et Sandrine Thomas, nos pêcheuses historiques du réseau à Royan. Fils, petit-fils et arrière petit-fils de marin pêcheur à Oléron, Gaël a grandi avec la casquette vissée sur la tête, une canne à la main et les bottes aux pieds. Dès ses 19 ans, il navigue sur le fileyeur de son père avant de se former puis de s'installer à la ligne uniquement. On peut dire que ça lui a plutôt bien réussi !

Feu vert sur le thon rouge

Après s'être formé 2 ans à bord d'un ligneur de la Cotinière, Gaël est lancé à pleine vitesse dans la pêche à l'hameçon. À bord du Neere, qu'il rachète à un pêcheur en départ à la retraite, il travaille immédiatement avec Stéphane Besnard, déjà matelot à bord du temps de son ancien propriétaire. Au fil des années, ces deux-là perfectionnent toutes les techniques pour pêcher ensemble les espèces "classiques" de la côte : bar, congre ou merlan aux palangres. Mais le vrai défi est devant eux.

Dès 2014, les signes de premiers thons rouges s'approchant de la côte n'échappent pas à Gaël et son pote Sébastien Gas, aussi pêcheur du réseau à la Cotinière. Ensemble, ils tentent et retentent toutes les techniques imaginables pour en piquer un à l'hameçon. À l'époque, les thons ont quasi disparus des côtes du golfe de Gascogne depuis les années 80 et sont uniquement pêchés par les chalutiers pélagiques au grand large. Il ne faut pas craindre de passer pour l'hurlumerlu du port.

2 saisons plus tard c'est la consécration. Grâce à l'obtention d'une autorisation de pêche, Gaël peut y consacrer plusieurs mois pour les cibler. Jackpot ! Saison après saison, les thons rouges de plus en plus nombreux commencent à se laisser séduire par les pièges tendus par Gaël. En 2019, il envoie son bateau 6 mois au chantier pour le réorganiser spécialement pour la traque du thon rouge l'été et du merlan et du bar le reste de l'année.

Le diable est dans les détails

Grand consommateur de poissons bleus (anchois, orphies, maquereaux, sardines, chinchards), le thon rouge affectionne les eaux chaudes en sortie d'été. C'est donc entre mi-août et mi-octobre que Gaël et Stéphane concentrent leurs efforts. Sur les spots de chasse autour de l'île d'Oléron, la technique la plus efficace est celle du "broumé".

Avec de l'appât, on attire les thons autour du bateau pour créer une frénésie alimentaire. Et sur de grosses cannes on envoie des vifs à l'eau, reliés à une bouée pour repérer la touche. Ça parait plutôt élémentaire comme ça, mais en rentrant en détail dans la recette, on touche à l'une des pêches les plus techniques de la côte. Dérive, météo, couleur de l'eau, comportements des poissons, chaque jour est différent. Il faut s'adapter et se renouveler à chaque sortie. À bord, on ne laisse aucune place au hasard : noeuds, hameçons, vifs, tout est millimétré.

Repérés au sondeur ou débarquant par surprise, les thons sont susceptibles d'engamer la proie à tout moment. Parfois après avoir tourné 2h autour du vif, parfois en 3 minutes sans crier gare. Quand le moulinet chante, le combat peut commencer. Gaël aux manettes, Stéphane à la canne, c'est un match en 5 sets où le poisson est prêt à tous les subterfuges pour se décrocher, en passant sous le bateau, en remontant à la surface ou en montrant les muscles à tordre la canne, parfois pendant plus d'une heure. Chaque poisson remonté et mis à bord vaut son pesant d'adrénaline.

Directement saigné puis glacé dans une immense chambre froide sous le bateau, c'est de l'or dans l'assiette. Malheureusement, aux enchères de criée, les débarquements de plus gros bateaux font régulièrement tomber les prix à des niveaux bien trop faibles pour récompenser l'investissement de Gaël et Stéphane. Pour les aider à valoriser l'ensemble de leur quota, on tente d'acheter le plus de poissons possible en le distribuant frais aux abonné.es et en complétant grâce à la fumaison des poissons en excès de pêche quand la place vient à manquer dans les Casiers de la mer. Et quelle fierté, grâce à des pêcheurs comme Gaël, la pêche Oléronaise a encore de belles heures devant elle !

Espèces : merlan, thon rouge, peau bleue