Kevin Leroux

On connait Kevin depuis les tous débuts de Poiscaille. À l'époque, on débarquait dans les ports et on contactait les pêcheurs à la volée. Payer les espèces mal cotées, prendre toute la pêche à la débarque, garder les prix fixe toute l'année, il fallait nous faire confiance pour démarrer l'aventure qui n'avait rien de prometteur à l'époque. En y adhérant dès le début, Kevin fait partie des pêcheurs historiques du réseau qui nous ont aidé à prendre le large.

Les Calanques, le trésor Marseillais

À bord de l'Arev, son bateau de moins de 10m, Kevin peut profiter de l'une des portions les plus riches de Méditerranée. Côté Calanques, les archipels et zones rocheuses sont garnis en poisson de roche. Kevin les capture au filet à petites mailles au lever du soleil après avoir calé vers 3 ou 4h du matin. À bord, la diversité est de mise : rougets, chapons, murènes ou les fameuses espèces cuisinées en bouillabaisse : girelles, serrans, petites rascasses...

Au filet à grandes mailles calés légèrement plus au large, il cible également les daurades royales lorsqu'elles sont de passage en automne et au début de l'hiver. Sorties des zones d'eau saumâtre avec l'arrivée des premières pluies, elles parcourent toute la côte Méditerranéenne en bancs denses. Très méfiantes, elles sont capables de longer les filets pour éviter de s'y mailler. La présence de ces poissons sous l'eau ne présage pas toujours de pêches miraculeuses il faut souvent ruser pour arriver à les intercepter.

Au printemps et en été, Kevin vise également les passages de bonites et de maquereaux sur la côte. Le filet doit être relevé très rapidement pour ne pas laisser ces fragiles poissons bleus trop longtemps dans l'eau chaude. Une fois de plus, la valorisation passe par la qualité avant la quantité.

Le thon rouge, l'or de Méditerranée

Les filets dérivants appelés thonailles, le moratoire sur la pêche début 2010 avant l'attribution des autorisations de pêche à l'hameçon, Kevin a tout connu des péripéties autour du thon rouge de Méditerranée. Aujourd'hui alors que la population de thon rouge semble s'être reconstituée, pour lui comme pour les autres petits bateaux côtiers, la part du gâteau est bien maigre à partager. Environ 80% des quotas sont distribués à une grosse vingtaine de thoniers senneurs industriels pendant que des centaines de navires de Petite Pêche en récupèrent les miettes restantes, le plus souvent à raison de 1200kg par bateau soit une trentaine de poissons sur la saison. D'autres pêcheurs plus malheureux voient leur demande d'autorisation de pêche encore bloquée faute de quotas.

Fou de ce poisson, Kevin est l'un des heureux élus à avoir accès à l'autorisation de pêche du thon rouge. Chaque printemps, il équipe son bateau pour la pêche au gros. Autour de l'estuaire du Rhône où l'apport d'eau douce et chargée en matière organique, la vie marine est particulièrement riche : sardines, anchois, maquereaux y grossissent presque toute l'année. Ces bancs de petits poissons attirent les thons qui trainent sur la côte parfois jusqu'au coeur de l'hiver quand ils la désertent aux premiers coups de froid sur les autres zones. C'est donc un spot de choix pour Kevin qui y pêche tantôt à la canne sur les chasses ou aux palangres dérivantes au lever du jour. Lors des plus grosses journées, il n'est pas rare de le voir revenir avec 4 ou 5 bêtes à bord.

Valoriser c'est la clé

Autour de son port d'attache de Pointe-Rouge, Kevin peut donc travailler toute l'année au filet ou à l'hameçon. À la pêche c'est souvent tout ou rien, les journées de très bonne pêche sont parfois suivies de choux blancs où les poissons se comptent sur les doigts d'une main. Malheureusement, lorsque les apports sont volumineux, les mareyeurs profitent de la disponibilité pour abaisser les prix au ras du varech. Il n'est pas rare de voir des daurades royales sauvages vendues à quelques euros lors des très gros coups de pêche quand elles en valent plus de 30 euros en poissonnerie. Pour arriver à valoriser, Kevin privilégie donc une bonne part de vente directe, à quai ou sur les marchés moyennant un gros investissement en temps et des volumes limités. Grâce aux abonnés Poiscaille, Kevin peut donc compter sur nous pour prendre le relais et valoriser une partie de sa pêche toute l'année.

Espèces : daurades royales, bonites, thons rouges, langoustes