Mathieu Clouvel

Filets / Nasses / Pots – Golfe du Lion

Le Julien Doré des Golion

Et oui c'est comme cela qu'ils se chambrent à Port la Nouvelle, chacun a son surnom et celui dont a hérité Matthieu fait référence à ses bouclettes blondes. C'est l'ambiance ici, on rit bien et ça n'est pas pour nous déplaire !

Passé par la vigne puis par la pêche au large avant de s'installer aux petits métiers, Mathieu fait partie de la jeune garde des pêcheurs du GIE Golion. Il nous a fait embarquer à bord du Treize Vent, son bateau polyvalent pour la mer puis à bord de sa barque, le second bateau qu'il utilise pour pêcher à l'étang salé de la Nouvelle. C'est le modèle ici : Quasiment chaque pêcheur, possède deux bateaux pour travailler toutes les espèces, plutôt à l'étang l'hiver lorsque les mulets, les loups et daurades y sont présents et le reste de l'année en mer.

Poul(p)e au pot

C'est une institution dans le golfe du Lion. On peut dire qu'on a fait des jaloux parmi les pêcheurs du réseau Poiscaille. Il n'y en a pas un qui ne rêve pas de découvrir cette technique de pêche si typique.

Comme une dizaine de pêcheurs des prudhommies de Port la Nouvelle et de Leucate, Mathieu possède quelques centaines de pots souples qu'il cale par filières de 80 pots à 10-20m de profondeur sur les fonds sableux dans le golfe. Sous l'eau, les poulpes de roche s'y réfugient pour rester inaperçus de leurs proies. En les relevant tous les 5 à 10 jours, Mathieu les découvre bien ancrés dans les pots, il est parfois compliqué de les en décoller. Les trop petits repartent à l'eau et les jolis individus de 1 à 5 kilos sont gardés à bord du bateau. Une pêche séléctive, sans impact sur les fonds et sans appats. Fort !

De mai à août les poulpes de roche partent au large dans les eaux plus profondes et Mathieu arrête alors l'activité pour se concentrer sur les nasses et le filet à poissons.

Toute l'année, presque une technique par jour

Après nous avoir débarqué sur le quai de Port la Nouvelle, Mathieu est ressorti virer ses casiers à bigorneaux nassa et à murex au large. Il les appatent grâce à des rebus de poisson et de crabe fixés au milieu des casiers. De jolis cousins respectifs du bigorneaux breton et du bulot, avec des saveurs et des textures complètement différentes.

Par mauvais temps, c'est à l'étang de La Nouvelle qu'il va relever les filets à daurades royales et les palangres à loups. Des pêches ultra sélectives qui lui permettent de s'assurer d'avoir un revenu stable toute l'année, même lorsque la mer est impraticable. C'est aussi la meilleure des façons d'avoir un impact équilibré sur toutes les ressources du golfe au fil des saisons.

Espèces : Poulpe, nassa, murex, loup, daurade royale, mulet noir