Nos conseils pour un plateau de fruits de mer 100% durable

Noël (et le 31) est une période de sur-consommation, d'abondance alimentaire, avec un fort impact environnemental. Cette année, on vous encourage à manger moins, mais mieux, à opter pour des produits plus durables et éthiques.

Le plateau de fruits de mer reste la star des menus de réveillon. On y retrouve des homards, des araignées, des langoustines & des langoustes, des crevettes, des bulots & bigorneaux, des huîtres, des tourteaux & étrilles, des praires, des tellines, des palourdes et même des oursins.

Si vous êtes arrivés jusqu'à nous, c'est que vous n'êtes pas insensible à la consommation durable, voir directement à la pêche durable. Vous vous doutez qu'il y a des critères à respecter pour déguster coquillages et crustacés l'esprit tranquille. On vous rassure, on peut se faire plaisir avec un plateau de fruits de mer, tout en préservant nos océans, sans culpabiliser.

Nos 3 conseils pour choisir vos coquillages et crustacés 100% durables :

🦞 On choisit des produits entiers 🦞

Si vos pinces de crabes ou de homard ne sont plus attachées au corps, c'est souvent dû à des batailles de territoire. Les crustacés ont passé trop de temps dans de petits viviers et se battent. Il peut aussi arriver, sur les gros navires, que les matelots n'aient pas le temps de démailler correctement les tourteaux ou les araignées, résultat ils les cassent. Parfois ce sont les morts du jour qu'on vous cuit et qu'on vous propose sous forme de pinces. Toutes ces pratiques sont légales et connues, mais rien de tel que le goût d'un tourteau entier et ultra-frais...

Car oui, on l'oublie souvent, mais le corps se mange aussi. Comme dans le cochon, tout se mange chez les crustacés. Et ça peut même faire 2 repas. Anti-gaspi. Zéro-déchet. C'est même tout aussi bon et c'est facile à dépiauter. La preuve ici :

<figure class="image is-16by9"> <iframe class="has-ratio" width="100%" height="auto" src="https://youtube.com/embed/0w4E5weYC04&t=125s" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> </figure>

🔖 On fait attention à l'origine 🔖

Pas question d'acheter des gambas de Madagascar. Imaginez tout le chemin parcouru par vos crevettes avant de finir dans votre assiette ? Perso, ça nous écoeure.

Nos côtes débordent de trésors iodés. On choisit des produits de la mer français et si possible en direct pêcheur. Chez Poiscaille, on est le seul intermédiaire entre le pêcheur et le consommateur. De quoi assurer un bon débouché aux pêcheurs du réseau Poiscaille, tout en profitant de produits de qualité, frais et durables.

Les gambas (pour ne parler que d'elles) sont pêchées au chalut en Asie ou en Amérique centrale. C'est une méthode très destructrice pour les océans. On parle aussi de pratiques douteuses de traitement aux sulfites (mises en place pour éviter le noircissement) sans compter sur l'ajout de gélatine pour gagner du poids. On trouve ça aberrant.

Pour déguster des crustacés à pince durables, on met la main sur des bouquets bretons, un tourteau ou une araignée de mer bien vivants, pêchés au casier (sur nos côtes).

🎣 On fait aussi attention au type de pêche 🎣

On privilégie les méthodes de pêche douce : au casier, en plongée, à pieds. Les méthodes de pêche à impact plus que limité sur les fonds marins.  

Au casier : homards, tourteaux, étrilles, bulots, bigorneaux, murex

En plongée : praires, oursins

Au filet/ à la nasse : araignées, bigorneaux nassa,

A pieds : coques, tellines, palourdes

Les produits à bannir :

Les produit à bannir : les grosses crevettes, les gambas, les langoustes du bout du monde, pêchées au chalut. On privilégie les petites crevettes grises de Bretagne.

On choisit aussi ses huîtres naturelles et non génétiquement modifiées.

Pour choisir son plateau de fruits de mer, vous l'aurez compris, on questionne son poissonnier. On se renseigne : qualité du produit, lieu de pêche, engin de pêche. Les étiquettes sont souvent vagues. Chez Poiscaille, on est transparents (et très bavards). Avec nous, vous saurez tout (et même des petites anecdotes sur le pêcheur).

Pour commander ses coquillages et crustacés durables les yeux fermés, c'est par là !

Pour creuser le sujet, j'écoute l'épisode On va déguster (France Inter) sur la pêche durable 📻