André et Cécile Arin, ostréiculteurs à Paimpol

C’est en 2003 que la fratrie Arin reprend l’exploitation familiale implantée par leurs grands-parents en 1946 sur la pointe de Kerarzic dans la baie de Paimpol. Ce sont les enfants de Cécile habitant à Paris qui leur parlent de Poiscaille. Les valeurs de proximité et le contact direct avec les producteurs ont convaincu André et Cécile de travailler avec nous et ce depuis plusieurs années.

Une reprise de l’exploitation familiale

C’est en 2000, suite à une expérience en gestion d’entreprise, qu’André reprend la partie production de l’exploitation familiale. En effet, c’est les pieds dans la baie à s’occuper des poches à huîtres qu’il est le plus à l’aise, dans ce cadre qu’il n’échangerait pour rien au monde.

Avant de se (re)mettre à l’ostréiculture, Cécile a eu des activités diversifiées. D’abord intermittente du spectacle durant 8 ans, elle se tourne ensuite vers le commerce. C’est donc tout à fait logiquement qu’elle s’occupe de la partie commerciale et relations clients de l’exploitation depuis son retour en 2003.

De la moule à l'huître

A l’origine, la production était répartie entre huîtres et moules. Cependant, ils ont dû prendre la décision difficile d'arrêter la production de moules après l'arrivée de daurades royales très avides de ces bivalves. Actuellement, leurs concessions représentent une vingtaine d’hectares et leur permettent de produire environ 300 tonnes d'huîtres par an ! Les circuits de commercialisation sont variés : restauration, marchés, poissonneries, grandes surfaces mais aussi en direct dans leur bar à huître ouvert durant les beaux jours. Vous pourrez y déguster une douzaine d’huîtres accompagnée d’un verre de vin blanc face à une magnifique vue, le rêve !

Une production de longue durée

L’ostréiculture demande une sacrée organisation. En effet les huîtres commercialisées sont les naissains captés il y a 3 ans et qui ont été chouchoutés pour croître dans des conditions optimales. Le début d’année, de janvier à mars, est dédié à garnir les parcs avec les huîtres qui seront vendues l’année suivante. De mars à avril, ils s’occupent de l’élevage qui sera vendu dans 2 ans. À partir de mai, c’est au tour des naissains qui seront commercialisés dans 3 ans d’être pris en charge. L’enjeu est donc de gérer 3 générations d’huîtres en même temps ! Cela permet de commercialiser des huîtres une grande partie de l’année.

La petite histoire

D’anciennes tables d’ostréiculture ont été laissées comme brise houles pour protéger l’espace de stockage. Cependant, ceci n’étant pas réglementaire et considéré comme une dégradation du paysage, ils ont été obligés de les enlever. Au moment de s’en débarrasser, surprise : des anguilles avaient trouvé refuge dessous, ce qui est assez étonnant car c’est une espèce qui se fait rare en manche et sur la façade Atlantique depuis quelques années !

🐟 Espèces retrouvées le plus souvent chez Poiscaille : Huîtres

🎣 Techniques de pêche : Ostréiculture traditionnelle

Appel à l'action - Abonnement - Pêcheur 1

J'achète du poisson 100% français

Je soutiens la petite pêche artisanale 100% française en m'abonnant aux Casiers de la mer Poiscaille.

Optez pour la pêche éthique et responsable : respectons l'écosystème marin

Pas d’importation, que des produits qui viennent de nos côtes françaises.

100% français

Pas d’importation, que des produits qui viennent de nos côtes françaises.

Pas de chalut, pas de drague. Préservation des fonds marins avec des techniques de pêche douces.

Pas de chalut, pas de drague

Préservation des fonds marins avec des techniques de pêche douces.

Navires de moins de 12 mètres. Petite pêche côtière uniquement, le moins d’impact sur les écosystèmes.

Navires de moins de 12 mètres

Petite pêche côtière uniquement, le type de pêche qui a le moins d’impact sur les écosystèmes selon des critères objectifs.