Baptiste André, pêcheur à Omonville-la-Rogue

C’est Charles Braine qui a fait venir Baptiste chez nous. Charmé par l’idée qu’il trouve plaisante, et par nos convictions, Baptiste décide de considérer sérieusement l’option Poiscaille. Avant de travailler avec nous, il avait déjà son petit réseau de poissonniers avec qui il commerçait à l’année, ainsi que la criée. L’aide financière apportée par Poiscaille sur ses poissons, comparée aux prix bas de criée, finit de le convaincre de rejoindre notre navire. Depuis, entre ce pêcheur au grand cœur et Poiscaille, c’est bras dessus bras dessous, comme le montrent les embarquements que l’on fait avec lui, ou bien les soirées que l’on a pu passer chez lui avec sa famille.

Un pêcheur dans l’âme

La pêche, Baptiste est tombé dedans quand il était petit. Issu d’une famille dont les parents étaient pêcheurs, c’est tout naturellement qu’il se tourne à son tour vers la pêche. Il commence en tant que matelot sur un chalut en 2003. De là, il entame une grande tournée des océans : d’une drague à la Saint-Jacques, à un bateau à filet à turbots au Québec, en passant par quelques mois sur un longliner à la Réunion, Baptiste avait tout fait ou presque. Presque, car il ne s’était pas encore lancé à son compte. C’est donc ce qu’il fait en 2007, à Omonville-la-Rogue, ou il pêche depuis au casier et à la palangre.

Des techniques nobles dans des conditions difficiles

Et les eaux de la pointe Nord du Cotentin sont les plus difficiles qu’il ait eu à affronter. Les vents violents, la pluie, et la houle pouvant parfois être très importants, donnent aux pêcheurs de la zone du fil à retordre, et des casiers à remplacer. En effet, l’espérance de vie d’un casier dans ces eaux avec de tels courants et conditions est d’un an contre 4-5 ans ailleurs. D’ailleurs, ils ne sont que 3 courageux à pêcher dans ce port. Et devinez quoi ? Ils travaillent tous avec Poiscaille : Guy, Cédric et Baptiste.

Sur son nouveau bateau de 9,98m, l’Inertie, qu’il a fait construire en 2019, Baptiste a un calendrier de pêche bien précis. De janvier à avril, il pêche le congre, la roussette et la raie bouclée à la palangre. D’avril à décembre, c’est au casier qu’il pêche principalement : le tourteau et le homard sont alors les espèces ciblées.

🐟 Espèces retrouvées le plus souvent chez Poiscaille : congre, bar, tourteaux

🎣 Techniques de pêche : Palangre, casiers

Appel à l'action - Abonnement - Pêcheur 3

Je mange du poisson 100% français 🇫🇷

En m'abonnant aux Casiers de la mer Poiscaille, j'ai la garantie de manger du poisson pêché exclusivement en France par de petits patrons pêcheurs.

Poiscaille soutient la pêche durable française

Pas de chalut, pas de drague. Préservation des fonds marins avec des techniques de pêche douces.

Pas de chalut, pas de drague

Préservation des fonds marins avec des techniques de pêche douceset sélectives.

Pêcheurs mieux rémunérés. Trente pourcent au dessus des prix du reste de la filière.

Pêcheurs mieux rémunérés

30% au dessus des prix du reste de la filière. Gagner plus tout en réduisant l’effort de pêche, c’est possible.

Navires de moins de 12 mètres. Petite pêche côtière uniquement, le moins d’impact sur les écosystèmes.

Navires de moins de 12 mètres

Petite pêche côtière uniquement, le type de pêche qui a le moins d’impact sur les écosystèmes selon des critères objectifs.