Aujourd’hui, installé à Tréboul, un des ports de Douarnenez, il est revenu là où il a grandi et appris à pêcher.

François Castineiras, pêcheur à Tréboul

La passion, le moteur de "Fanch"

François a grandi dans le Cap Sizun, cette péninsule de l’extrême ouest breton encadrée au nord par Douarnenez, au Sud par Audierne et tout à l’ouest par la fameuse pointe du Raz et ses courants légendaires. Du plus ancien de ses souvenirs, Fanch a toujours parcouru les plages, les criques et les falaises de cette côte somptueuse, une canne à pêche à la main ou accrochée au vélo pour aller pêcher. Une passion tenace qui ne l’a, dès lors, plus jamais lâché.

Itinéraire d’un enfant de la Baie

Naturellement, Fanch préférant les poissons à tout le reste, son bac pro aquaculture en poche, il se lance très vite dans la vie professionnelle avec comme volonté d’être au grand air et en lien avec ce milieu aquatique. Sa première expérience se fera à l’aquaculture de Braspart, dans les Monts d’Arrée du cœur de la Bretagne. Il s’occupe des truites et suit un programme d’élevage et de réintroduction de la mulette perlière – une moule d’eau douce (non consommée) qui est une espèce « parapluie ». C’est-à-dire que sa présence dans les parties amont des cours d’eau témoigne d’une bonne qualité de l’eau. Un réel enjeu en Bretagne avec les problèmes des taux de nitrates élevés dans les rivières et des malheureusement fameuses algues vertes.

L’appel du large

Mais très vite, l’appel du large le rattrape. Les montagnes du «Kreizh Breizh» (centre breton) ne pèsent pas assez face à l’océan. Fanch décide donc de se lancer dans le grand bain.

Il sera aidé et formé par Alan et Breandan, deux amis déjà installés à la pêche dans le Finsitère qui le prendront à bord tout à tour. Le Capitaine 200 en poche (diplôme nécessaire pour patronner son propre navire), Fanch touche enfin à son rêve. Il s’installe d’abord en rade de Brest où il sera le premier à pêcher la daurade royale à la ligne à la belle saison. Ce poisson fascinant et mystérieux est un casse-tête pour un bon nombre de professionnels. Mais à force d’observations, d’innovations et de travail, il parvient à comprendre un peu mieux que les autres la « belle aux sourcils dorés ».

L’hameçon comme religion

Aujourd’hui, installé à Tréboul, un des ports de Douarnenez, il est revenu là où il a grandi et appris à pêcher. Fanch ne pêche quasiment qu’exclusivement à la canne. La Baie de Douarnenez n’ayant plus de secret pour lui, il traque principalement le bar une grande partie de l’année, mais il sait également dénicher les encornets ou les dorades grises quand le bar est boudeur.

Un petit bateau, des sorties à la journée, une pêche ultra-sélective à l’hameçon et une qualité extra, Fanch avait tout pour correspondre à nos critères et envies chez Poiscaille. On peut vous dire qu’on est fier qu’il ait rejoint l’équipe !

🐟 Espèces retrouvées le plus souvent chez Poiscaille : bar, encornet, grondin, dorade grise, daurade royale

🎣 Techniques de pêche : Ligne

Appel à l'action - Abonnement - Pêcheur 3

Je mange du poisson 100% français 🇫🇷

En m'inscrivant aux Casiers de la mer Poiscaille, j'ai la garantie de manger du poisson pêché exclusivement en France par de petits patrons pêcheurs.

Optez pour la pêche éthique et responsable : respectons l'écosystème marin

Navires de moins de 12 mètres. Petite pêche côtière uniquement, le moins d’impact sur les écosystèmes.

Navires de moins de 12 mètres

Petite pêche côtière uniquement, le type de pêche qui a le moins d’impact sur les écosystèmes selon des critères objectifs.

Sorties à la journée uniquement. Le poisson est débarqué le jour où il a été pêché, pour un maximum de fraîcheur.

Sorties à la journée uniquement

Le poisson est débarqué le jour où il a été pêché, pour s’assurer de la date de pêche et garantir un maximum de fraîcheur.

Pas d’importation, que des produits qui viennent de nos côtes françaises.

100% français

Pas d’importation, que des produits qui viennent de nos côtes françaises.