Comment garantir un poisson frais ?

FRAIS, durable, éthique. C'est notre devise.
Mais le terme "frais" noie souvent le poisson.

Certains bateaux partent 1 jour, d'autres 15 jours.
Alors comment on fait la différence ?

"Oeil bombé, ouïes rouges, peau brillante, chair ferme, odeur marine."

Voilà ce qu'on entend souvent pour nous aider à choisir notre poisson.  Ça paraît facile dit comme ça. Mais devant l'étal c'est une autre paire de manche pour vérifier la fraîcheur des produits. Parce qu'en vrai, ils ont tous la même tête les poissons.
Et puis vous avez déjà planté votre index dans un filet de merlan ou fourré votre nez dans le tas de maquereau ? Nous jamais. Entre le poissonnier qui vous regarde de travers et les 10 clients derrière, difficile de tout inspecter.

Chez Poiscaille, les délais sont transparents.
Les mêmes à chaque Casier.
Aucun doute sur la fraîcheur.
Pas besoin de tourner autour de notre étal pour nous espionner 🕵🏻‍♂️
On vous explique tout.

LE CONSTAT

AUCUNE DATE SUR LES ETALS 🙀
Tous les produits ont une date, de production, de ponte, de récolte, etc.
Sur le poisson, rien. Ah si, une date d'emballage, sur les caisses. Mais ça ne remonte pas à la capture, qui peut avoir eu lieu la veille comme deux semaines avant. Et cette date n'est pas souvent visible sur l'étal du poissonnier.

Euh, attends, du poisson frais de 15 jours, vraiment ?


Les bateaux passent plusieurs jours en mer (+ 1 à 15 jours)
En France, 70% des volumes sont pêchés par des navires "hauturiers". Ils pêchent au chalut ou au filet et partent entre 5 et 15 jours en mer. À la fin, tout est mélangé : les poissons pêchés le dernier jour comme ceux pêché au tout début de la marée.

Le débarquement a lieu au Nord de l'Europe (+ 2 jours)
Ces navires pêchent souvent en système dit de "base avancée". Ils passent quasiment toute l'année dans un port d'Écosse ou d'Irlande, à proximité des zones de pêche. Le poisson est débarqué puis rapatrié vers leur port d'attache, en France. Le temps de tout charger et de faire la route, on ajoute deux jours.

80% du poisson est importé
Saumon, cabillaud, crevettes d'élevage et thon tropical, les produits les plus consommés viennent de loin.
Ecosse, Norvège, Islande, île Maurice, Équateur, Vietnam, ça voyage par cargo, par avion, par camion. Toute cette logistique est longue, et parfois le poisson "patiente" un peu. Un peu trop à notre goût.

15 jours en moyenne ? Mais ça va me rendre malade !
Pas de panique, conservé sous glace le poisson reste consommable même plusieurs semaines après la pêche. En termes de goût et d'odeur de cuisson c'est une autre histoire. Seules les espèces les plus solides acceptent ce traitement. Les soles et les turbots, pas de soucis. Les chinchards et les tacauds, on oublie, ça devient de la bouillie. Voilà qui explique beaucoup la différence de prix.

Chez Poiscaille c'est ainsi :

🎣 + 🚚 + 🍽 = 48h
48 heures max entre la pêche à bord du bateau et la réception du Casier.
72 heures en région.

Pssst. Encore plus de fraîcheur sur les coquillages et crustacés.
On gagne 24 heures de fraîcheur.

"Mais vous faites comment ?"
Uniquement des navires qui sortent à la journée
Pour tenir cet engagement et ne pas se planter, Poiscaille ne travaille qu'avec des pêcheurs qui sortent à la journée. Ils relèvent leurs engins de pêche tous les jours.
Si la tempête pointe, ils mettent tout à l'abri, ça ne pêche pas dans le vide.
Aucun doute sur la date de capture.

On laisse la parole à nos abonnés pour l'occasion

Moi aussi je veux du poisson frais, je m'abonne !