Anthony, une nouvelle vague dans le monde de la pêche, décidé à hisser haut les couleurs de la petite pêche durable.

Anthony Pautonnier, pêcheur à Arcachon

Anthony a entendu parler de nous en 2020 via sa compagne, Délia, elle aussi pêcheuse du réseau. Attiré par l’idée de bien valoriser sa pêche, de la vendre à des personnes qui apprécient les bons produits, et de soutenir une entreprise prônant la petite pêche durable, Anthony embarque tout de suite avec nous.

Les premières brasses dans le grand bain

Anthony est un petit nouveau dans le monde de la pêche. Il se lance dans le métier en 2016. Après des études de biologie marine, il se rend vite compte qu’il est fait pour être sur le terrain, et non dans les bureaux d’une entreprise.

Passionné depuis toujours de pêche sportive à la ligne, il passe dans un premier temps, en rentrant de Guadeloupe, les formations maritimes pour travailler dans la pêche sportive et amener des clients pêcher avec lui. Il se fait ensuite embaucher par David, membre du réseau, pour pêcher la palourde.

C’est en 2019 qu’il se met à son compte et achète son premier bateau, de 5,90 mètres, pour commencer la pêche au filet. Ce bateau commence à être trop petit pour sa pêche : Anthony fait donc construire en 2022 un plus gros bateau, lui permettant aussi de pêcher hors du bassin. Ce nouveau navire de 7 mètres s'appelle Elisa, en hommage à sa grand-mère. Il délaisse alors la pêche sportive pour se consacrer entièrement à sa nouvelle passion : la pêche professionnelle, au filet.

Un quotidien rythmé

Anthony pêche au filet, aux étals de pleine mer ou basse mer. Il pratique ce que l’on appelle la pêche à la trempe : il encercle les bancs de poisson avec un filet, qui se pose lorsque le courant est faible. Chargé de ses 3 x 400 mètres de filet, il part 1h avant l’étal, prospecte, puis jette ses 3 jeux à l’eau. Lorsque le 3ème est posé, le premier est relevé : le poisson remonté à bord est donc bien frais et bien vivant, car le temps de pose est très court.

Chaque marée va pouvoir durer environ 3h : il faut ensuite démailler et vider le tout. Sur un rythme de 2 marées par jour, cela fait un planning chargé. L’hiver, Anthony va pêcher du bar, de la dorade marbrée et de la grise. Au printemps, le maigre, la sole, la seiche à la cage et le poulpe au pot. Alors que l’été est assez calme, l’automne signe le retour des petits rougets vendangeurs.

Le symbole de la mentalité Poiscaille

Les marées d’Anthony sont rythmées en fonction de Poiscaille : chacune de ses marées commence par un échange de messages avec nous. Anthony adapte ensuite sa pêche en fonction de si l’on a besoin de beaucoup de poisson ou non.

Comme il le dit “Avec Poiscaille, c’est travailler moins pour gagner la même chose”. Des journées plus courtes, des fins de semaines plus reposantes, plus de temps en famille, moins de poissons sortis de l’eau, et surtout, quelques marées occasionnelles ciblées sur des poissons délaissés comme le congre ou la saupe.

Un pêcheur comme on adore chez Poiscaille ! Symbole d’un succès, c’est grâce à notre soutien financier et notre engagement qu’il a pu envisager la construction du bateau avec lequel il pêche maintenant, en 2022.

🐟 Espèces retrouvées le plus souvent chez Poiscaille : dorade marbrée, dorade grise, bar, mulet, daurade royale, rouget

🎣 Techniques de pêche : Filet

Appel à l'action - Abonnement - Pêcheur 4

Je choisis la qualité origine France !

Poiscaille vous garantit des poissons, coquillages et crustacés pêchés en France par des petits patrons pêcheurs, pour une qualité exceptionnelle !

Petits bateaux, grands délices : notre engagement avec des navires pratiquant une pêche objectivement durable

Sorties à la journée uniquement. Le poisson est débarqué le jour où il a été pêché, pour un maximum de fraîcheur.

Sorties à la journée uniquement

Le poisson est débarqué le jour où il a été pêché, pour s’assurer de la date de pêche et garantir un maximum de fraîcheur.

Pêcheurs mieux rémunérés. Trente pourcent au dessus des prix du reste de la filière.

Pêcheurs mieux rémunérés

30% au dessus des prix du reste de la filière. Gagner plus tout en réduisant l’effort de pêche, c’est possible.

Pas d’importation, que des produits qui viennent de nos côtes françaises.

100% français

Pas d’importation, que des produits qui viennent de nos côtes françaises.