Dans les casiers du mois de décembre...

La météo des pêches, en décembre :

La météo a été plutôt bonne en ce mois de décembre, les traditionnelles tempêtes de Noël ont été bien plus timides que les autres années. Les sorties ont tout de même été ralenties par les coups de vent, bien gelés en début de mois.

La semaine de vent froid début décembre a enfin déclenché la pêche de plusieurs espèces, qui migrent aux premiers coups de froid de l’automne. La chaleur estivale et la douceur automnale ont retardé de plus d’un mois ces mouvements.

Les pêcheurs de coquillages et crustacés étaient à l’affût de la moindre fenêtre de beau temps pour garnir les tables de fêtes, craignant les mauvais tours côté météo. Au final quasiment toutes les espèces prévues étaient au rendez-vous, sauf les tourteaux, remplacés par des araignées de mer. La pêche des "dormeurs" (nom souvent donné au tourteau) semble plus difficile depuis plusieurs saisons, les pêcheurs évoquent des captures cycliques, on serait actuellement dans un creux.

Dans les Casiers le mois dernier...

Le bar

Avec l’arrivée de froid, les bars ont démarré leur migration vers leurs quartiers d’hiver. Encore timides au mois de novembre, les captures ont réellement démarré début décembre.

Guillaume Pointevin les a capturés dans ses filets autour de la Rochelle pendant que les ligneurs de Camaret les ferraient au bout de leurs lignes. François Caradec, Gaël Boennec, Pierrick Piesvaux, Stéphane Belbe étaient sur le coup.

Côté Méditerranée, le froid a enfin fait sortir les loups (nom régional du bar) des étangs salés, avec plus d’un mois de retard par rapport aux saisons passées.

Lieu jaune

L’arrivée du froid signe souvent celle du lieu jaune, qui commence à se rapprocher des côtes. On l’a croisé dans les filets de Thomas Le Gall et Jeremy Raoul autour d’Audierne. Les pêches vont s’intensifier jusqu’au mois de février, tant au filet qu’à la ligne. Les petits individus, autour du kilo, sont présents à la côte, alors que les plus gros poissons se regroupent un peu plus au large, sur les têtes de roche et les épaves.

Dans les Casiers de décembre, on a donc retrouvé des poissons entiers et vidés ou des darnes taillées dans les plus gros poissons.

Parfaites pour tester une de nos trois méthodes préférées 👇

Dorade grise

Habituellement star des Casiers du printemps et du début d’été, on était assez surpris de trouver les dorades grises en ce mois de décembre. C’est grâce notamment à Kenan Riou, qui les ferre autour de Saint-Brieuc, entre deux marées à la coquille. En effet, Kenan plonge également pour remplir les Casiers de Saint-jacques de plongée. Chapeau à lui de sortir les lignes une fois les palmes rangées !

On entend trop souvent dire que la dorade grise est bien moins bonne que sa cousine la daurade royale. Ceci est lié à une plus grande fragilité et au fait qu’elle est trop souvent capturée au chalut, et qu'elle supporte mal d'être traînée des heures au fond de l’eau. Capturée à la ligne, choyée à bord et dégustée rapidement on atteint facilement le niveau de sa cousine royale. On vous invite donc à tester, en basse température, parfait pour l’apprécier à sa juste valeur.

Ça tombe bien, on a une vidéo où l’on cuisine ce fameux “griset”👇

Hareng

Autre espèce qui attendait le coup de froid pour faire son apparition à la côte, on a enfin croisé le hareng dans les Casiers. Il fait habituellement un séjour de plusieurs mois sur les côtes de la Manche avant de repartir vers le Nord. Cette année, sa présence semble avoir été écourtée par une eau bien plus chaud qu’à l’accoutumée.

Frédéric Fournier a tout de même profité de cette saison éclair pour poser ses filets autour d’Etaples. Le filet est laissé à la dérive une dizaine de minutes dans les mattes (bancs de poisson) et relevé sans attendre pour démailler les harengs immédiatement à bord. Cette pratique historique au filet est aujourd’hui minoritaire, remplacée par le chalut. On est donc fiers de vous faire goûter ces harengs pêchés de la sorte.

Les stars de la boutique

Comme en novembre, les moules de Groix étaient bien présentes, on a profité de leur remplissage automnal au top. Les moules de Dunkerque ont fait leur retour pour quelques semaines, avant une coupure qui devrait arriver fin janvier.

Les coquilles Saint-Jacques étaient toujours aussi présentes, tant dans vos Casiers de la mer qu’à la carte. Également capturés en plongée, les oursins étaient toutes épines dehors. Les gros oursins des Glénan pêchés par Nathan Roullot ont été rejoints par les petits oursins de Méditerranée, capturés en apnée par Henri Taillon (Saint-Mandrier-sur-mer) et Sylvain Pagnon (Carro). L’occasion de tester une de nos recettes spéciale oursins.

On a trouvé également du bouquet , pêché par Yann Houet (Quiberville). Depuis septembre, on en constate de très beaux. Nous avons trouvé plusieurs nouveaux pêcheurs qui les capturent, essentiellement en Normandie et dans les Hauts-de-France. Nous avons aussi des échos positifs concernant la saison côté pêcheurs. On suppose que la douceur exceptionnelle de cette année a pu jouer. On vous invite à les goûter sans plus tarder, les pêches risquent de ralentir avec l’arrivée du froid.

On ne pensait pas croise de homard en cette saison, à notre grande surprise nos pêcheurs Manu Bauvet (Perros-Guirec) et Manu Langronne (Dielette) ont effectué de belles captures dans leurs casiers posés spécialement pour les fêtes. On a été les premiers surpris, alors qu’on avait tout préparé pour expliquer que le homard en décembre, c’était pas d’actualité.

Pour en savoir plus, une explication de Charles Guiriec juste ici 👇

Quoi de neuf chez nos pêcheurs ?

On a accueilli notre premier pêcheur sans port d’attache. Yann Houet met en effet son bateau à l’eau tous les jours sur la plage de Quiberville, à l’aide de son tracteur.

Une dizaine de pêcheurs a démarré la pêche de la civelle (alevin d’anguilles) dans les estuaires, on les retrouvera en mars pour remplir les Casiers.

La pêche du thon rouge a définitivement fermé en décembre, avec les dernières prises jusqu’au 28 du mois.

Et pour le mois de janvier ?

En janvier, des épisodes de vent fort sont attendus, ce qui devrait empêcher les pêcheurs de sortir et rendre la pêche irrégulière. Difficile de prévoir les captures avec ces sorties aléatoires.

  • Lieu jaune, bar, vieille et sole devraient se piéger dans les filets, le mauvais temps les fait habituellement bouger.
  • La coquille Saint-Jacques devrait être un peu moins présente, la baie de Saint-Brieuc  ferme pendant trois semaines, on comptera sur les gisements de la baie de Saint-Malo pour remplir les Casiers.
  • Lotte côté Méditerranée et sardine côté Pays Basque sont espérées pour janvier. Ici encore, les températures anormalement douces risquent de perturber les pronostics.