Ludovic Cossec

Filet - Douarnenez

Né breton devenu pêcheur
Finistérien, Ludovic est venu à la pêche tardivement après avoir longtemps travaillé dans le transport en Bretagne. Passé par les métiers du chalut au large, il a attendu son heure avant de pouvoir s'installer seul. À la petite pêche il a trouvé du sens, tant sur les aspects de durabilité que des conditions de travail pour lui et sa famille.
C'est Christophe, pêcheur depuis plus de 15 ans dans la baie de Douarnenez, qui lui vend son bateau de 7m pour s'installer sur un autre d'1m plus grand. Il lui apprend aussi le métier, un véritable parrainage en guise de transmission. En quelques mois, Ludovic est dans le grand bain.

Protégé des tempêtes
Ludovic pêche quasiment exclusivement dans la baie de Douarnenez, au filet, en changeant de zones et de tailles de maille selon l'évolution de la saison. La particularité de la baie, c'est qu'elle est abritée des vents et des marées. Lorsque ça cogne à Saint Guénolé ou au Cap de la Chèvre avec des tempêtes plein ouest, la mer y reste toujours plus calme. Ludovic peut donc presque toujours prévoir une sortie dans le clapot. Pas forcément confortable sur un bateau de 7m mais gérable pour caler et relever quelques filets.

La diversité et la petite échelle
Les journées commencent tôt. Il sort entre 5h et 6h, le temps d'arriver sur les spots. Les filets droits à petit maillage sont laissés en pêche le temps du lever du jour. Relevés vers 9h ou 10h le poisson est tout juste maillé, relevé vivant sur le pont du bateau. Une qualité proche de la ligne. Il capture des maquereaux et du rouget en majorité, quelques lieus et tacauds en prime.
Les filets droits à plus grand maillages sont laissés en pêche une nuit pour cibler le lieu, le bar ou le pageot. Parfois, quelques cabillauds poussés du large vers la côte par les courants d'ouest sont capturés dans les filets, un poisson trophée !
L'été, Ludovic sort les mitraillettes, des lignes avec une dizaine d'hameçons qu'il tient à la main, pour attraper les maquereaux en appétit. C'est la star locale, à griller, cuisiné en marinade ou juste cru avec de la fleur de sel et un filet d'huile d'olive.

Soutenir la pêche responsable
Jouer collectif entre petits métiers dans la baie de Douarnenez c'est vital. Une quinzaine de bolincheurs sont présents à l'année et font la pluie et le beau temps. Ils peuvent capturer 4 tonnes de poisson par sortie en moyenne et par bateau : daurades, pageots, sardines et même des bars. Avec ces quantités débarquées, les prix à la criée dépassent rarement 3 euros par kilo même pour les poissons les plus nobles. 4 tonnes, c'est ce qui peut permettre à une quinzaine de petits bateaux de travailler durablement pendant plusieurs mois, à condition que les prix soient élevés et restent stables.
En soutenant les petits pêcheurs comme Ludovic, on permet à la petite pêche de se faire une place dans la baie de Douarnenez et on favorise les techniques les plus responsables.

Espèces : Maquereau, chinchard, lieu jaune, bar, encornet, tacaud